Menu
Actualité / Interview

Tout en Nuances : l’interview de Rokhaya Diallo

Et si on discutait avec Rokhaya Diallo ?

Journaliste, activiste, femme noire et engagée Rokhaya Diallo est notre nouvelle invitée. Elle nous parlera de la peau noire, de sa représentation et de pourquoi il est important d’élever nos voix. 

1/ Comment vivez-vous avec votre peau aujourd’hui ?

Je vis très bien avec ma peau au sens figuré du terme qui fait échos à l’expression « Être bien dans sa peau ». Et sur le plan cosmétique, je le vis assez simplement. J’ai toujours hydraté ma peau avec des crèmes très simples. J’ai la peau sèche, je l’hydrate quotidiennement, je ne fais pas grand-chose, je ne me maquille que très peu. Je le fais beaucoup pour mon travail, mais c’est vrai que ce n’est pas dans mes gestes beauté.

2/ Quel a été le déclic pour défendre nos peaux noires, notre culture et notre histoire au quotidien ?

Le déclic a été d’une part personnelle, lorsque je me suis rendue compte que ma peau suscitait, chez des personnes qui me voyaient, des interrogations qui n’étaient pas liées à ce que je renvoyais. A savoir, je suis née à Paris où j’ai grandi, mes parents sont sénégalais. C’est quelque chose dont je suis très fière !

Mais je me suis rendue compte qu’à un certain âge, en avançant dans mes études, que certaines personnes, en me voyant, ne m’imaginaient pas française et me posaient des questions qui me renvoyaient vers un ailleurs fantasmé. Un ailleurs qui n’était même pas celui de mes parents. Ils me plaquaient tout un tas de clichés qui n’étaient pas véritablement liés à ma personnalité. 

Cela m’a donné envie de déconstruire les préjugés qu’on associait à cette couleur de peau.
Cela ne concerne pas que la peau noire. Les personnes asiatiques, maghrébines, du fait de leur apparence ou de leurs patronymes sont aussi concernées.

Cela a été le déclic de cette remise en question de ce que je pensais être mon identité visible, et qui en réalité était cachée, parce que renvoyait implicitement ma couleur de peau.

3/ Vous êtes souvent aux Etats-Unis, quelle différence entre la France et les USA à ce sujet ?

C’est une question à laquelle je peux difficilement répondre. Il y a une différence d’histoire mais pas de fond dans tout ce qui est relatif au racisme en France et aux Etats-Unis. C’est vrai que les Etats-Unis sont fondés sur la violence raciale, du génocide, de la déportation massive de population africaine pour les réduire à l’esclavage. Les fondements de la France ne sont pas strictement liés aux mêmes éléments. Mais on ne peut pas nier que la France à une histoire américaine. Elle est encore aujourd’hui présente sur le continent américain, avec les Caraïbes et le territoire de la Guyane. On a des sources analogues même si elles se traduisent de manière différente. Aux Etats-Unis, l’histoire est beaucoup liée aux populations noires américaines. En France, les personnes d’origines maghrébines sont aussi très durement frappées par le racisme. Pour répondre complètement à la question, il faudrait un livre ou plusieurs. Toutefois, nos pays sont totalement différents mais il n’est pas absurde de les comparer.

4 / Quel est votre nouveau projet ?

C’est une bande dessinée que je réalise avec l’illustratrice Blachette ! Elle traite des questions et injonctions faites aux femmes quand elles s’expriment dans l’espace public. Elle parait actuellement aux éditions Marabulles.

5/ Quel est votre conseil pour mieux vivre dans sa peau ?

De ne pas essayer ou tenter d’en changer ! On naît avec une peau qui a toute ses complexités, sa complexion. On se doit de l’accepter tel qu’elle est. 

On peut aussi travailler pour lui permettre d’atteindre son meilleur potentiel. Pas forcément juste en s’hydratant mais aussi en faisant attention à son alimentation, en buvant beaucoup d’eau, en mangeant de façon équilibrée. 

Il faut que l’on accepte la peau que l’on a et qu’on lui permette de rendre le meilleur d’elle-même.

Le meilleur service qu’on puisse lui rendre est de se traiter correctement, et de lui épargner toute forme de toxicité, alimentaire, chimique ou mentale. Car notre état d’esprit se reflète aussi sur notre peau. C’est important de se protéger sur tous les plans afin que cela se traduise physiquement, et de mieux vivre avec elle. 

Et vous, comment vivez-vous avec votre peau ? Dites-le-nous avec le hashtag #ToutEnNuances sur les réseaux sociaux. Chaque mois, un soin Nuhanciam à gagner ! 

No Comments

    Leave a Reply